Rencontre avec M. Foudil Boumala – El Moudjahid

El Moudjahid

Rencontre avec M. Foudil Boumala - El Moudjahid dans Articles clip_image002

 

EL MOUDJAHID

 

29-02-2008 à  21:49  

Centre culturel Aïssa Messaoudi :

Les lauréats du 1° Prix Apulée» 2008

parlent de leurs oeuvres


 

Une rencontre avec les lauréats du  »Prix Apulée » 2008, autour de leurs ouvrages, a été organisée jeudi après-midi au centre culturel Aïssa Messaoudi de la Radio nationale par  »A tout lecteur, un livre », un forum mensuel initié par le Syndicat national des éditeurs du livre (SNEL).

 »L’écriture de livres pour enfant et de jeunesse n’est que l’aboutissement de ma carrière d’enseignant, de directeur puis d’inspecteur d’ensei-gnement », a indiqué l’écrivain Ahmed Khiat, auteur de  »Moughamarat el maqar » (Les aventures du malicieux), un ouvrage, en langue arabe, édité avec l’aide du ministère de la Culture, et figurant parmi les prix décernés par la Bibliothèque nationale.
 »Ayant vécu parmi les enfants et les adolescents et ayant constaté qu’il y avait peu d’écrits pour cette tranche d’âge, particulièrement en langue arabe, j’ai décidé de m’y investir », a confié Ahmed Khiat, auteur ayant à son actif 32 contes ainsi que l’adapta-tion en arabe de  »La chèvre de M. Seguin », de l’écrivain français Alphonse Daudet.
De son côté, Mohamed Attaf, lauréat aussi du « prix ‘Apulée » 2008, pour son ouvrage  »L’arbre de la chance », a donné un aperçu de son oeuvre racontant la vie difficile d’une famille campagnarde durant la période 1940-1950.
 »J’ai décrit, à partir de mon expérience personnelle, les conditions très dures d’une famille ainsi que toute cette misère qui régnait durant la période coloniale, afin de marquer ces moments qui ne doivent pas tomber dans l’oubli », a affirmé l’écrivain qui a opté pour un style réaliste.
 »Dans les descriptions, je ne me suis pas limité seulement à mes souvenirs d’enfance mais j’ai relaté aussi les conditions sociales de l’époque », a ajouté ce commissaire aux comptes, venu à l’écriture  »par passion ».
    Tahar Ould Amar, qui a également obtenu le 1er « Prix Apulée », a lui aussi donné un aperçu de son oeuvre, publiée en tamazight, sous le titre de  » Brururu ur teqquir ur tengui » (Le hibou).
 »Mon livre, qui évoque le parcours d’un jeune aux prises avec les problèmes, traite de la dualité entre la haine et l’amour », a expliqué le jeune auteur, dont le livre s’achève par la victoire de l’amour sur la haine.
 »Dans le roman, il n’y a pas seulement l’amour de la femme, il y a l’amour de la mère, de l’entourage, de la cité », a indiqué Tahar Ould Amar dont l’oeuvre est empreinte de beaucoup d’émotion.
A participé aussi à cette rencontre, animée par l’intellectuel et traducteur Foudil Boumala, le professeur Abdelwahab Rezig, qui a présenté son ouvrage  »Brésil, Corée du Sud et Algérie », publié aux éditions OPU (Office des publications universitaires).

 

 

little voice |
Bouillon de culture |
alacroiseedesarts |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sud
| éditer livre, agent littéra...
| levadetaava