Réponse à la question: A qui sont ces doux vers- voir Rubrique ‘ Extraits ‘

I

 

Alfred de Musset 1810 – 1857  Tristesse

 

*

II

Charles Baudelaire 1821 1867 L’albatros

 

*

III

Victor Hugo 1802 – 1885  Demain, dès l’aube…

 

*

IV

Alfred de Vigny 1797 – 1863  Le cor

*

 

V

Alphonse De Lamartine 1790 – 1869

*

VI

Paul Verlaine 1841 – 1896  Il pleure dans mon coeur

*

VII

Théophile Gautier 1811 – 1872   Dernier vœu

*

VIII

Jean Moréas 1856 – 1910  Ne dites pas …

*

IX

François Villon 1431 - ?… Ballade des pendus

*

X

 

Sully Prudhomme 1839 – 1907

 

 


Archive pour 7 mars, 2010

A qui sont ces doux vers?

Chers lecteurs, chères lectrices,

Vous avez sans doute reconnu ces beaux vers qui évoquent de doux souvenirs du bon vieux temps. Pourriez-vous dire qui en sont les auteurs ?

La réponse se trouve dans la Rubrique ‘ Textes ‘.

 

I

                                           Dieu parle, il faut qu’on lui réponde

                                          Le seul bien qui me reste au monde

                                              Est d’avoir quelquefois pleuré…

*

II

                             Souvent pour s’amuser, les hommes d’équipage

                             Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,

                             Qui suivent, indolents compagnons de voyage,

                               Le navire glissant sur les gouffres amers.

*

III

                         Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,

                              Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.

                                 J’irai par la forêt, j’irai par la montagne,

                           Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

*

IV

                                    J’aime le son du cor, le soir, au fond des bois,

                                Sois qu’il chante les pleurs de la biche aux abois,

                               Ou l’adieu du chasseur que l’écho faible accueille,

                                Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.

*

 V

                      Ô temps ! suspends ton vol ! et vous, heures propices,                                                                 Suspendez votre cours :

                                Laissez-nous savourer les rapides délices

                                         Des plus beaux de nos jours !

*

VI

                                            Il pleure dans mon cœur

                                          Comme il pleut sur la ville.

                                           Quelle est cette langueur

                                            Qui pénètre mon cœur ?

*

VII

 Mon soleil pâli qui décline

Va disparaître à l’horizon

Et sur la funèbre colline

Je vois ma dernière maison.

 *

                                                             VIII   

                            Riez comme au printemps s’agitent les rameaux,

                                 Pleurez comme la bise ou le flot sur la grève,

                             Goûtez tous les plaisirs et souffrez tous les maux ;

                            Et dites : c’est beaucoup et c’est l’ombre d’un rêve.

  *

 IX

                                   Frères humains, qui après nous vivez

                                 N’ayez les cœurs contre nous endurcis,

                                    Car, si pitié de nous pauvres avez,

                                  Dieu en aura plus tôt de vous mercis.

*

 X

                                    Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,                                                                   Des yeux sans nombre ont vu l’aurore ;

                                         Ils dorment a fond des tombeaux,

                                                Et le soleil se lève encore.

                                                                  **

little voice |
Bouillon de culture |
alacroiseedesarts |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sud
| éditer livre, agent littéra...
| levadetaava